Les "Miss" takes d'une cérémonie

Publié le par Miriam Fogoum

Les "Miss" takes d'une cérémonie

Elle est enfin connue de tous ! Notre reine de la beauté 2016 a un nom et un joli visage : Julie Nguimfack Cheugueu. Une belle entrepreneure de 24 ans aux allures de Nappi, élue la plus belle femme du Cameroun au terme de la 12e édition du concours de beauté le plus convoité au Cameroun. La candidate du sud-ouest étudiante en master fiscalité à l’Institut supérieur de management à Douala met son mandat sous le signe de la protection des enfants et des veuves victimes de Boko Haram. Au-delà de ce résultat « satisfaisant », nous nous attendions à vivre une soirée vive en belles émotions...Et c’est peu de le dire, car un tel événement accompagné par le gratin de la République, qui se mobilise comme un seul homme pour assister à cette parade de brillantines, devait jouer la carte de la surprise. Et dire qu’il était meilleur que l’année dernière on a presque envie d’en pleurer! Au départ On commence par un douloureux duo de présentateurs sauvé par un Pascal Pierre parfois perdu dans le déroulement de la soirée, qui n’a pas manqué de nous offrir un spectacle d’abdominaux (absents). Avec lui, pourquoi ne pas rajouter un peu de production sur la production initiale? Et Dora Shey sa compagne, aux interventions boursouflées, « hyper mal travaillées avaient du mal à passer. Un déferlement d’incompréhensions captées par les téléspectateurs. Et quand les artistes nous font tourner en rond ! Voilà un titre accrocheur qui aurait collé comme un gant à notre cérémonie. Mais où les choisit-on? se demande-t-on. Quelles sont les critères de sélection? Pourquoi ? Les téléspectateurs assistaient effondrés à un déferlement de musique manquant de synchronisation avec la soirée. L’idée étant sûrement de rester dans l’équilibre régional avec des voyages dans le Centre, l’Ouest, le Nord et le Littoral. Et pourtant c’était un donné à voir d’une soirée fébrile, diminuée par un manque criard de créativité sur une programmation artistique tout aussi attendue que nos candidates.

miss cameroun 2016
miss cameroun 2016

La technique loupée de miss cameroun

Cela n’aura pas tenu 10 minutes. Et encore on compte large. Pour que la télévision chargée de la retransmission nous dévoile ses faiblesses et son manque d’expérience. En mondovision, coupure de son et des images zigzagants au moindre éternuement. On a assisté impuissant au dérapage lourdingue des ingénieurs de la 2e chaîne camerounaise. Que va-t-on plaider face à une technique à la pointe du yoyo et des effets visuels peu saisissants. Et si les candidates participaient toutes à un bootcamp. L’idée ce n’est pas de les envoyer en formation militaire, mais de leurs donner les atouts nécessaires pour vendre le Cameroun dans le monde et éviter « bref …» apocalyptiques servis sur un plateau d’argent. Qui sont les votants ? Le public ou le jury ? Comment sait-on que le public à voter ? Où était l’huissier de justice ? Finalement la bonne question ne serait elle pas de savoir si le surréalisme aurait-il été plus grand que le modernisme? Serait-ce beaucoup de bruits pour rien au final ? Mais, La note positive de cette cérémonie est toutefois la magnifique phrase de notre miss Cameroun 2016 Julie Nguimfack Cheugueu : « N’attendons pas le changement, soyons le changement ». S’adressait-elle aux organisateurs qui ont besoin d’un véritable changement afin que cette compétition intéresse plus encore les Camerounais et les marque de manière lumineuse. Le Comité d’Organisation de Miss Cameroun doit également se rattraper de cette image de miss déjà choisie au préalable. Les rumeurs sont toujours grandissantes à ce propos alors…prudence ! En attendant trinquons avec le nouveau visage de la beauté camerounaise et souhaitons lui un bon mandat

Miriam Fogoum

Commenter cet article

Perlyne LIALE 03/08/2016 01:48

Sinon très bon résumé de la cérémonie

Perlyne LIALE 03/08/2016 01:48

Tu as oublié de demander pourquoi pendant les présélections on ne rassure pas que les miss sont originaires de la région qu'elles vont représenter ca c'est d'un.
De deux comment se fait il que Julie Nguimfack arrive à représenter deux régions différentes l Ouest en 2015 et le Nord-Ouest en 2016? Quelles sont même les critères de présélection à ce concours?