Un désir plus sain que noir

Publié le par Miriam Fogoum

jeu de questions réponses avec les auditeurs
jeu de questions réponses avec les auditeurs

Youssoupha le rappeur français s’est produit sur la scène camerounaise il y a quelques années. Flash back

Une ambiance survoltée, le refrain de la chanson à succès Les disques de mon père chantonnés en chœur, des fans déchaînés et en prime des t-shirts mouillés que certains avaient du mal à retenir sur leur corps, irradiés par les sons de l’artiste franco-congolais Youssoupha. En spectacle dans la ville de Douala au Cameroun, l’artiste a mis le feu à la maison du parti de Bonanjo. Au milieu d’un plus de 4000 personnes, il a interprété les chansons de son album Noir Désir qui fait de lui l’un des rappeurs français les plus appréciés de la scène.

Mais Youssoupha ce n’est pas que le chanteur; c’est aussi le titulaire d’une maîtrise en médiation culturelle et communication qu’on ne connaît pas, et qui « n’a pas eu la chance de s’intégrer" à sa " juste valeur en tant que véritable salarié en France ». Mais heureusement, son talent pour l’écriture qui lui ouvre les portes du succès. Ses conférences de presse à l’instar de celle donnée à l’Institut Française de Douala, lui permettent de se confier à son public et de raconter avec forte modestie ce parcours que même l'animateur français Michel Drucker, à son émission Vivement Dimanche qualifie d’«atypique.»

Son séjour ponctué de quelques interviews sur certains médias dont Nostalgie, Sweet FM et Vox Africa, lui ont permis de se rapprocher de son audience made in cameroon. Le fils de Monseigneur Tabu Ley Rochereau a présenté S-Pi un des chanteurs de son label Bomayé Musik avec qui il s’est également produit sur la scène de l’Afrique en miniature en interprétant le titre Gestelude.

Le concert organisé par PEP SARL de Patrick Ebonguè, s’est voulu inédit en invitant pour la première fois celui qui a vendu plus de 10.000 titres la première semaine de sa sortie ; en gros, un nouveau parrain pour le rap français.

Texte Miriam Fogoum

Photos : Patrick Nelle/ DR

Commenter cet article